Les Tisserands

— Une rencontre exceptionelle entre la musique ancienne, le jazz et la musique traditionelle (2006)

Zefiro Torna – Amorroma – Traces

Le groupe de musique traditionnelle Amorroma, l’ensemble de musique ancienne Zefiro Torna et le groupe de jazz Traces se rencontrent dans un programme qui est imprégné de l’ésprit du catharisme. Les cathares forment au 12e-13e siècles un mouvement spirituel d’importance qui poursuit hors des dogmes les hautes valeurs humaines comme la sobriété, l’immatérialisme et la noblesse de cœur. Comme des hérétiques, qui portent en Flandre le nom des phiphles (les flûtistes) et en France sont nommés les parfaits, les bonhommes ou les tisserands ils sont poursuivis par l’Inquisition et sont finalement tombés à la ville de Montségur, dans les Pyrénées françaises.

L’Occitanie était la région où le phénomène cathare a fleuri et ou à la même époque le répertoire des troubadours s’est développé. Plusieurs des textes des personnages comme Marcabrun, Bernard de Ventadour, Raymond de Miraval s’appuyent sur les idées et gestes des cathares et témoignent d’un grand sens de liberté.
Les textes et les mélodies médiévaux forment l’inspiration du programme, ainsi que les mélodies de Jowan Merckx qui, comme des contrefaits, évoquent des réminiscences du passé et des cultures européennes est orientales. Ils seront arrangés par le collectif comme un tissu qui surprend par la variété de sa texture et de la richesse de ses couleurs.

La dualité de la doctrine de Cathares repose sur l’antagonisme du Bien et du Mal, le Yin et le Yang et se manifeste par une multiplicité de contrastes. La polyphonie complexe est posée contre la simplicité d’une mélodie monodique, la musique de danse excitante contre les histoires des ballades, le sons forts, noirs et pénétrants des cornemuses, de la contrebasse, de la viole de gambe et du bouzouki contre les instruments doux comme le luth, l’harpe, la vielle et les flûtes. Les dialogues se produisent par les improvisations du saxophone soprano, la voix humaine et la poésie des troubadours.

Amorroma
Jowan Merckx flûtes, cornemuse, gaita, compositions
Maarten Decombel mandola

Zefiro Torna
Els Van Laethem chant
Liam Fennelly / Manuela Bucher vièle, viole de gambe
Jurgen De bruyn luths, direction artistique

Traces
Philippe Laloy saxophone soprano
Vincent Noiret contrebasse

CD